0 2 minutes 3 mois

Dans la classe politique Ivoirienne, la rencontre de ce Mardi 22 Mars entre le chef de l’état, Alassane Ouattara et son ex allié de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), a visiblement été suivi avec beaucoup d’intérêt. En témoigne cette réaction d’Alfred Guéméné, vice-président du Front Populaire Ivoirien (FPI) en charge des relations avec les partis politiques et les syndicats qui réagissait à cette rencontre, dans une contribution qu’il nous transmettait.

‘’C’est une bonne initiative de la part du Président de la République qui, sans doute en application des recommandations du dialogue direct, a reçu ce jour, mardi 22 mars, le président Mabri, pour un échange républicain’’, se félicite ce proche collaborateur de Pascal Affi N’Guessan.

Ses félicitations, il les adresse également au ‘’président de l’UDPCI qui a fraternellement accepté cette rencontre qui entre dans le cadre de la recherche de l’apaisement de la situation politique dans notre pays’’.

Il tient à le préciser, ‘’Le rôle de l’opposition, ce n’est pas d’être en situation de conflit permanent avec le pouvoir. La république, c’est l’art de gérer harmonieusement les différences’’. L’essentiel, soutient-t-il, étant de ‘’créer ensemble les conditions du retour définitif à la cohésion sociale et à la paix en Côte d’Ivoire’’.

Ce premier tête-à-tête officiel entre Mabri Toikeusse et Alassane Ouattara, intervient plus d’un an après la crise électorale du 3ème mandat au terme de laquelle l’ancien ministre de l’enseignement supérieur, avait été listé par la justice comme l’un des instigateurs de la désobéissance civile à poursuivre.

Raoul Mobio