0 2 minutes 11 mois

AP- Le Royaume-Uni a enregistré mercredi 119 000 cas positifs, dont 16 000 confirmés comme étant Omicron, des chiffres encore jamais atteints. Le même jour, une étude de l’Agence britannique de sécurité sanitaire confirme qu’Omicron est plus bénin que le variant Delta.

Le risque d’admission à l’hôpital est jusqu’à 70% moins élevé avec le variant Omicron qu’avec le variant Delta. Cette conclusion consolide les résultats de deux autres études britanniques. Autrement dit, il y a moins de risques de développer des formes graves avec le nouveau variant.

Les moins de 40 ans étant plus touchés, les données concernent davantage cette population. Pour les plus de 60 ans, les scientifiques préviennent qu’il va falloir encore attendre un peu.

La troisième dose permet de se protéger du variant, mais l’étude préconise de faire attention puisque, au bout de dix semaines, l’effet du vaccin s’estompe de 15 à 25%.

Moins dangereux, mais plus transmissible

Enfin, s’il est désormais presque acquis qu’Omicron est moins dangereux, il reste bien plus transmissible au point d’entraîner un engorgement des hôpitaux. Même si jusqu’ici ils font face, à Londres où le variant Omicron est dominant les admissions dans les hôpitaux ont grimpé de 78% en une semaine.

Selon les conseillers scientifiques du gouvernement, sans nouvelles restrictions, le nombre d’hospitalisations pourrait s’élever à 3 000 par jour, soit des chiffres atteints il y a un an, au plus fort de la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *