0 3 minutes 2 mois

AP- Le leader du Front Polisario du Sahara occidental a déclaré que l’armée sahraouie indépendantiste continuera à attaquer les positions marocaines.

Samedi, lors d’une rare apparition devant les médias, à Rabbuni, le siège administratif de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée le leader du Front Polisario a annoncé que son mouvement poursuivra ses attaques contre le Maroc.

C’est une sortie aux allures de déclaration de guerre. « Le royaume marocain, ils ont nié la guerre, ils ne l’ont pas reconnue. C’est à eux de décider. Ce que je sais, c’est que l’armée sahraouie mène une guerre contre les bases marocaines et qu’il y a une guerre au quotidien.« , a déclaré Brahim Ghali.

Il conditionne la fin des hostilités à l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental.

Le timing de cette sortie n’est pas fortuit. Le leader du Polisario semble avoir décidé de mettre la pression sur l’organisation des nations dont le conseil de sécurité planchera sur la question le 28 octobre. Brahim Ghali appelle du reste le Conseil de sécurité a assume ses responsabilités.

La hache de guerre a été déterrée une nouvelle fois cette semaine. Le Polisario a attaqué une base de l’armée marocaine près de la région de Mahbas, à proximité de l’intersection des frontières de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie. Le Maroc a répondu à cette attaque par au moins trois tirs de mortiers.

Le Sahara occidental est présenté par l’Organisation des Nations unies comme le territoire africain à décoloniser. Mais elle peine à organiser un référendum y relatif, trente ans depuis la signature d’un cessez-le-feu entre le Maroc qui a annexé ce territoire en 1975 et le Polisario, soutenu par l’Algérie qui en revendique l’indépendance. Alors que les Etats-Unis ont reconnu la souveraineté du royaume chérifien sur l’ancienne colonie espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *