0 4 minutes 2 mois

AP- Depuis le début de l’année, des civils ont subi des « violences inimaginables », Amnesty a déclaré, que ces violences pourraient être assimilées à des « crimes de guerre ».

Depuis le début de l’année, des civils ont subi des « violences inimaginables » au Soudan du Sud, lors des affrontements entre les groupes armés pro-gouvernement et les forces d’opposition. Amnesty International a déclaré jeudi, que ces violences pourraient être assimilées à des « crimes de guerre« .

Alors que les combats faisaient rage dans la région de l’Équatoria occidental (sud-ouest) entre juin et octobre, les informations recueillies par l’ONG affirment que des civils ont été indistinctement tués et mutilés, des villages entiers rasés.

Des affrontements interethniques ont notamment eu lieu autour de la ville de Tambura, attisés par des hommes politiques locaux qui ont encouragé les jeunes à prendre les armes, affirme Amnesty dans un nouveau rapport. Toutefois, « les morts, les destructions et les divisions » qui ont suivi impliquent des combattants affiliés à des factions politiques rivales à Juba, la capitale, laissant penser qu’elles ont pu être orchestrées au plus haut niveau, selon le rapport.

« Les témoignages que nous avons recueillis font état de violences inimaginables, notamment de civils tués alors qu’ils fuyaient et de corps incendiés et mutilés« , a déclaré Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty, cité dans le rapport.

« Le fait que les attaques n’impliquent pas seulement des groupes locaux, mais aussi des combattants affiliés aux forces gouvernementales et d’opposition, indique qu’il s’agit de bien plus que de violences intercommunautaires« , a-t-il ajouté.

« crimes de guerre »

Plus jeune pays du monde, le Soudan du Sud a accédé à l’indépendance en 2011 après un conflit sanglant avec Khartoum, mais a plongé deux ans plus tard dans une sanglante guerre civile qui a fait près de 400.000 morts et contraint des millions de personnes à fuir leurs foyers.

Un cessez-le-feu a été signé et un nouveau gouvernement de coalition a été formé début 2020 entre les deux principaux rivaux politiques, le président Salva Kiir et son vice-président, l’ancien chef rebelle Riek Machar, qui ont promis de rassembler leurs forces pour reconstruire le pays ravagé. Mais le processus est au point mort. Les principales dispositions de l’accord de paix n’ont pas été respectées et les combattants fidèles à chacun des deux leaders, profondément divisés, n’ont pas déposé les armes.

Selon Amnesty, la recrudescence des violences en Équatoria occidental pourrait s’expliquer par l’accord de partage du pouvoir en vertu duquel Riek Machar s’est vu attribuer cet État et a nommé un gouverneur, auquel s’oppose une partie de la population.

Des témoins ont déclaré à Amnesty que les combattants « tuaient sommairement les civils en les abattant ou en leur tranchant la gorge« , parfois sous les yeux de leurs enfants et d’autres membres de leur famille. « Le fait de prendre délibérément pour cible des civils et le meurtre de captifs sont des crimes de guerre« , a déclaré Amnesty.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.