0 4 minutes 2 semaines

AP- Alors que Joe Biden doit se rendre au Moyen-Orient dans les prochaines semaines, des consultations entres les Américains et le président palestiniens se sont tenues.

Une délégation américaine menée par la secrétaire d’État adjointe pour le Moyen-Orient Barbara Leaf a rencontré samedi soir à Ramallah le président palestinien Mahmoud Abbas en prévision d’une visite attendue dans la région de Joe Biden.

Au cours de cet entretien, le dirigeant a réitéré sa demande de retirer l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de la liste américaine des entités terroristes, et de rouvrir le bureau de l’OLP à Washington et le consulat américain pour les Palestiniens à Jérusalem, fermés sous l’administration de Donald Trump, ont indiqué ses services dans un communiqué.

Biden pas d’accord avec Israël


Vidéo: 100 jours de guerre en Ukraine : chronologie d’un conflit qui pourrait durer (Dailymotion)

Mahmoud Abbas et Barbara Leaf, qui a entamé samedi une visite de trois jours en Israël et dans les Territoires, ont discuté des « relations américano-palestiniennes, de l’aide aux Palestiniens et du renforcement des relations », a indiqué de son côté le Département d’Etat américain sur Twitter.

Le président américain Joe Biden s’était engagé à rouvrir le consulat américain pour Jérusalem-Est, fermé sous Donald Trump dont l’administration avait reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël suscitant ainsi l’ire des Palestiniens qui aspirent à faire de la partie orientale de la ville la capitale de leur futur État. Or Israël s’oppose à la réouverture de ce consulat pour les Palestiniens à Jérusalem, suggérant plutôt aux États-Unis d’ouvrir cette mission diplomatique à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée.

Un voyage en juillet?

Au cours des derniers jours, les États-Unis ont changé le nom de leur antenne pour les Palestiniens – passée d’Unité des Affaires palestiniennes à Bureau pour les Affaires palestiniennes – sans toutefois la définir comme un consulat. Ce bureau « opère sous les auspices de l’ambassade américaine à Jérusalem mais fait rapport des questions de fond directement » au département d’État à Washington, a indiqué le porte-parole de cette nouvelle structure qui vise à « renforcer » la manière dont les diplomates américains rapportent de la question palestinienne.

Ces changements interviennent avant une visite possible du président Biden dans la région. Ce dernier prévoyait au départ se rendre en Israël, dans les Territoires palestiniens et en Arabie saoudite à la fin du mois de juin, mais ce possible voyage a été repoussé à juillet, selon des médias américains.

Or la visite de la délégation menée par Barbara Leaf vise à « préparer la visite du président Biden qui souhaite rencontrer le président Mahmoud Abbas », a indiqué samedi l’agence officielle palestinienne Wafa.